Atelier du 22 octobre 2018 - Intégration des migrants par le travail

Aujourd’hui, j’ai réuni lors d’un atelier sur l’intégration des migrants par le travail une cinquantaine d’acteurs du territoire impliqués sur ce sujet. Ce temps de réflexion fait suite à la table ronde du 14 septembre 2018, que j’ai organisée à la Chambre de Commerce et d’Industrie à Nantes, et qui a permis de mettre en lumière les blocages et les difficultés que rencontrent les migrants, les associations, les élus, les syndicats, les entreprises et les administrations. Quatre grandes thématiques avaient alors émergé : - Améliorer l’accompagnement individuel et créer un réseau d’accès à l’emploi ; - Faciliter la formation et l’apprentissage ; - Améliorer les conditions de vie (logement, ruralité, transport) ; - Simplifier les procédures administratives. Ce matin entre 9 heures et 11 heures, les participants ont travaillé concrètement sur ces sujets, apportant à la fois leurs connaissances et leurs expériences, mais aussi des idées et des pistes de travail. Ainsi il a été proposé la mise en place : - D’un tiers de confiance qui accompagnerait personnellement le migrant tout au long de son parcours ; - D’un guichet unique pour simplifier les démarches et mettre en relation les associations, les migrants, les entreprises et l’administration. Étaient notamment présents des associations (AMI, JRS Welcome, URIOPSS, FACE, Espace Formation, L’Autre Cantine…), des syndicats (GNI Grand Ouest, Medef Pays de la Loire), des entreprises et des agences d’intérim engagées, des élus régionaux, et les services de l’État (Pôle emploi, DIRECCTE, OFII). Cet atelier a également été l’occasion de présenter une initiative locale « Job4Mi » pilotée par JRS Welcome, la fondation FACE 44 et l’URIOPSS, afin de répondre à un appel à projet du ministère du Travail, portant sur l’accès à l’emploi des réfugiés et des demandeurs d’asile. Je rédigerai dans les prochains jours un rapport qui sera transmis aux ministères concernés (Intérieur, Travail, Affaires étrangères), ainsi qu’à mes collègues parlementaires travaillant sur cette même problématique. Je serai attentive au devenir de ces propositions, et disponible pour travailler conjointement avec les ministères, et les acteurs de terrain.