Travaux à Nantes



Rapport loi climat et résilience : faisons rentrer l'écologie dans le quotidien des Français

Rapport loi climat et résilience : faisons rentrer l'écologie dans le quotidien des Français

Face aux défis du changement climatique, travailler pour la transition écologique est une nécessité de notre époque.

Fruit de la convention citoyenne pour le climat, exercice démocratique inédit propulsé par le Président de la République, la loi Climat et Résilience que j'ai votée à l'assemblée nationale le 20 juillet, est un pas de plus vers l'écologie positive et pragmatique que nous portons depuis toujours.
Afin de préparer le projet de loi climat et résilience, j'ai souhaité organiser mon 14ème atelier citoyen depuis le début de mon mandat. Avec des citoyens engagés, des professionnels, nous avons échangé sur les principales thématiques du texte de façon que je puisse porter certaines de leurs propositions. 

Pour découvrir le résumé de cet atelier et de la loi, cliquez ici :  

http://valerie-oppelt.fr/Content/Medias/Rapport%20-%20Loi%20climat.pdf

Rencontre associations Trajet, Aurore et Les Eaux Vives - mars et avril 2021

Rencontre associations Trajet, Aurore et Les Eaux Vives - mars et avril 2021

Ces dernières semaines, je suis allée à la rencontre des associations nantaises Aurore, Trajet et Les Eaux Vives, qui œuvrent pour la lutte contre la pauvreté sur le territoire, avec un soutien de l'État (notamment via le plan de relance) et des collectivités.
Elle porte un accompagnement sur le logement, l'emploi, la santé pour des sans abris, des plus précaires ou encore les réfugiés.

Question au ministre de l'Intérieur 30 septembre 2020 - "Usage collectif d'un téléphone portable dans la police"

Question au ministre de l'Intérieur 30 septembre 2020 - "Usage collectif d'un téléphone portable dans la police"

Mme Valérie Oppelt interroge M. le ministre de l'Intérieur sur la possibilité de changer la réglementation afin que les patrouilles de police puissent se voir attribuer un téléphone portable à usage collectif. Aujourd'hui les textes autorisent uniquement l'attribution d'un téléphone portable à titre nominatif, ce qui ne permet pas de créer une relation directe entre sécurité privée et patrouille de police sur le terrain. Cette problématique est d'autant plus présente dans l'hypercentre des métropoles où la question du continuum de sécurité est primordiale. Les entreprises de sécurité privée doivent ainsi passer par le 17 police secours dans n'importe quelle situation. En conséquence, elle demande au ministre de l'Intérieur de modifier la réglementation en vigueur afin d'autoriser l'attribution d'un téléphone portable de manière collective pour la police, comme cela est d'ores et déjà possible pour les tablettes par exemple.


En attente de réponse du ministère.